L’histoire que je vais vous conter a changé ma vie de couple… Je suis Marc, j’ai 34 ans et je suis marié depuis 8 ans maintenant à Elodie, 31 ans. Il y a 3 ans, nous avons appris que nous ne pourrions pas avoir d’enfant. L’année fut très difficile pour notre couple et nous avons décidé ma femme et moi de quitter la ville pour la campagne et de changer de métier pour nous retrouver.
Dès notre arrivée, nous avons fait la connaissance du maire et médecin du village, un homme d’une bonne quarantaine d’année. Très content d’avoir de nouvelle tête dans le village, il décida d’organiser une réception pour nous présenter. Lorsque la soirée arriva, il nous présenta les gens du village et certains de ces amis invités pour l’occasion mais l’ambiance changea quand sa femme entra dans la pièce.
Lydie est une très belle brune, grande, athlétique et dégageant un charisme incroyable. Sa présence a rempli la pièce faisant taire un grand nombre de conversation. Et elle s’occupa bien de nous lors de toute la soirée. Trop occupés à graviter autour de Lydie, nous ne nous sommes pas aperçu que les gens avaient quitté la fête les uns après les autres. Lorsque Lydie et Elodie entamèrent un slow ensemble, il ne restait dans la pièce que M. le maire, deux de ses amis et moi. Lydie enlaçait Elodie tendrement puis ses mains commencèrent à passer sur les fesses d’Elodie qui ne réagit pas… Moi non plus d’ailleurs. Puis Lydie remonta ses mains dans le dos d’Elodie attirant le bas de la robe. La petite culotte de ma femme fut dévoilée aux yeux de tous. En arrivant en haut du dos, elle saisit la fermeture éclair et ouvrit la robe de ma femme pour la faire tomber au sol. Son soutien-gorge et sa culotte rejoignirent ensuite sa robe au sol. Elle retourna alors ma femme pour dévoiler son corps nu à toutes les personnes présentes.
Je ressentais alors des choses bien différentes : de la honte, de la colère, de la culpabilité, de l’excitation… Ma femme, se comportant comme la pire des catins, était dénudée devant tout le monde et je n’avais même pas tenté de l’en empêcher ou de l’aider. Pire, j’appréciais le spectacle. Je redécouvrais avec émoi son visage angélique et ses yeux rieurs même un peu perdus. Je regardais de nouveau ses seins un peu lourds et tombants aux larges aréoles brunes, ses courbes généreuses et la toison épaisse de son sexe qu’elle ne taillait plus depuis trop longtemps… Et je me suis aperçu que je bandais.
Lydie, tout en caressant les seins de ma femme, l’embrassait dans le cou. Puis elle me regarda et me fit signe de m’approcher. Pendant que j’arrivais vers elle, Lydie fit mettre Elodie à genoux. Elle dégrafa mon pantalon et en fit sortir mon sexe. Appuyant sur sa nuque, Lydie fit avancer ma femme jusqu’à mon sexe et cette dernière ouvrit la bouche pour m’y laisser entrer. Elodie n’aimait pas trop la fellation et m’en faisait très rarement. J’ai donc baissé les yeux vers l’amour de ma vie pour profiter de cette caresse autant que du plaisir de la voir faire. J’étais tout à mon plaisir de voir et de sentir les lèvres de me femme aller et venir le long de mon sexe et j’en ai été tiré par Lydie qui m’invitait à retourner m’assoir. Je me suis alors aperçu que les deux amis du maire se tenaient à mes côtés, le sexe sorti de leur pantalon. Et contrairement à ce que tout homme ayant encore un peu de dignité aurait fait, je me suis retiré docilement pour aller m’assoir.
Les deux hommes présentèrent leur verge à la bouche de ma femme qui les a accueillies presque naturellement. Ma femme, qui me refusait si souvent sa bouche, suçait comme une salope deux hommes dont elle ne devait même pas connaître le nom… et sans un regard d’excuse vers moi. Elle branlait, embrassait, léchait et suçait les deux verges alternativement comme l’aurait fait une professionnelle dans un film pour adultes. Puis l’un des deux hommes passa derrière me femme et s’agenouilla. Il glissa sa main sous les fesses d’Elodie et commença visiblement à la masturber. Quelques secondes de cette caresse suffirent à préparer ma femme pour la suite. Lydie donna un préservatif à cet homme qui après l’avoir installé, invita ma femme à se mettre à quatre pattes. Il s’enfonça en elle et l’autre reprit sa place dans la bouche de mon épouse dévergondée. Ils échangèrent ensuite régulièrement leur place faisant gémir ma femme pendant de longues et insoutenables minutes. La vue de ses seins pendant sous elle qui ballotaient de façon indécente rendait la situation surréaliste.
On me tendit alors une coupe de champagne… M. le maire… Tout naturellement, il trinqua avec moi avant de me demander si ma femme avait l’habitude d’être prise « par derrière ». Je mis un peu de temps à analyser cette phrase avant de répondre par la négative. C’était une pénétration qu’elle m’avait toujours refusée par ce que c’était « sale » selon elle. M. le maire s’est alors levé et est allé parler à Lydie. Cette dernière demanda alors à celui qui était entre les cuisses de ma femme de finir. Il s’exécuta rapidement puis le second vint prendre sa place pour se finir aussi.
M. le maire revint alors avec un petit tube qu’il tendit à sa femme. La mienne, toujours à quatre pattes semblait attendre la suite, le regard vide, comme anesthésiée. Elle commença à tripoter le petit trou de ma femme qui protesta mollement. Elle se servit du tube qui devait être du lubrifiant et en mit sur l’anus de me femme. J’ai alors vu le visage d’Elodie changer. Elle commença à grimacer, Lydie avait dû enfoncer des doigts en elle. Puis Lydie m’appela. En me levant, je me suis rendu compte que mon sexe était toujours hors de mon pantalon et en érection. Lorsque je suis arrivé près de me femme, j’ai vu son anus déformé par trois doigts de Lydie et brillant de lubrifiant. Je me suis installé derrière Elodie et Lydie empoigna mon sexe pour le présenter à l’entrée de l’anus de ma femme offerte sans limite. J’ai alors appuyé sur cette entrée et me femme poussa un petit cri quand mon gland est entré. Je me suis alors enfoncé sur toute ma longueur faisant gémir de plaisir et de douleur mon épouse. Je faillis jouir de suite en me rendant compte que j’enculais pour la première fois cette salope qui partage ma vie. Quelques aller-retour et ma femme se contracta, prise par un orgasme. Je ne me suis pas retenu plus longtemps et me suis déversé entre les généreuses fesses d’Elodie.
Lorsque j’ai repris mes esprits, M. le maire et le deux amis étaient habillés. Je me suis donc rhabillé et Lydie remit sa robe à Elodie. Lydie me demanda de la conduire chez nous. Elle monta en voiture avec moi. Quand nous sommes arrivés, ma femme est sortie d’une autre voiture avec M. le maire et ses deux amis. En entrant, Lydie me demanda de lui montrer la chambre d’amis. Une fois arrivés là, elle me demanda de préparer le lit. J’ai donc fait le lit de la chambre d’amis. Dans la pièce voisine, notre chambre, je commençais à entendre gémir ma femme. Quand j’eus fini, Lydie m’autorisa à aller jeter un œil dans notre chambre. J’y ai découvert ma femme, nue, qui chevauchait M. le maire. A leur côté, les deux amis caressaient les seins, les fesses voire l’anus de ma femme. Elle gémissait et les quelques claques sur ses fesses données par les deux hommes ne semblaient pas la perturber. Lydie s’approcha de moi et me demanda si c’était difficile de m’apercevoir que j’étais marié à une femme qui adore le sexe… mais pas le mien. Puis elle m’envoya dormir avant de rejoindre ma femme et les trois hommes. Bien évidemment ma nuit a été bien blanche. A plusieurs reprises dans la nuit, j’ai entendu du mouvement dans la chambre voisine et les gémissements de ma femme.
Au petit matin, Lydie me raconta les fellations, pénétrations et sodomies subies toute la nuit par ma femme. Celle-ci, honteuse, regardait le sol sans un mot. Autour de moi, les sourires satisfaits et moqueurs des hommes étaient encore plus dégradants que les mots crus et les insultes envers ma femme de Lydie.
Quand tout le monde nous a quittés, Elodie a enfin levé les yeux. Sans un mot, elle s’approcha de moi, découvrit mon sexe et me prit en bouche. Elle me fit alors une superbe fellation. Quand mon plaisir était sur le point de m’emporter, je l’ai prévenue, comme d’habitude. Mais, elle ne me relâcha pas. J’ai joui dans sa bouche et elle a tout avalé. Elle me dit alors que Lydie l’autorisait à garder exclusivement cette caresse pour moi. Pour tout le reste, elle appartenait à tous ceux à qui Lydie la donnerait.
Et c’est ainsi que nous vivons, heureux tous deux, depuis…

Autres histoires à découvrir :
Femmes érotiques: Histoires super érotiques pour femmes
Femmes érotiques: Histoires super érotiques pour...
Histoires Sexy Coquines à Lire au Lit: Rencontres Inavouables | Recueil de nouvelles érotiques courtes & d'histoires de sexe torride pour elle et lui
Histoires Sexy Coquines à Lire au Lit: Rencontres...
Des histoires érotiques pour les femmes: Cochonnes: Des nouvelles érotiques à partir de 18 ans et non censurées
Des histoires érotiques pour les femmes:...
Mots clés : , , ,